Comment vaincre le cycle de la procrastination et retrouver une productivité épanouissante

❤️ Bienvenue dans le monde des Farpaites 🥳 ! Si tu es nouvelle ici, tu voudras sans doute découvrir ma méthode unique pour planifier ta semaine comme une pro de l’organisation ✨ Je t’offre les 5 étapes de ma méthode de planification le tout sous la forme d’un livre numérique de 18 pages. Clique ici pour télécharger ta méthode pas à pas GRATUITEMENT.🎁

✨Et si tu souhaites aller plus , je t’offre également ma méthode pour trier tes papiers administratifs facilement.

La procrastination, ce petit vice dont on entend souvent parler, semble toujours nous rattraper au moment le moins opportun. Saviez-vous que selon une étude menée par l’Université de Sheffield, près de 20% de la population mondiale est touchée par ce phénomène ? Autant dire que nous ne sommes pas seuls à procrastiner !

De l’incapacité à respecter les délais aux sentiments de frustration et d’insatisfaction personnelle, la procrastination est un réel processus d’auto-sabotage nuisant à notre bien-être. Nous allons explorer ensemble : qu’est-ce que la procrastination exactement, quel est le cycle de la procrastination, quelles sont ses origines profondes, et quel impact a-t-elle sur notre vie quotidienne ? De plus, nous verrons quelles stratégies peuvent être mises en place pour y remédier.

Comprendre la procrastination

La procrastination, selon le Larousse, se définit comme une tendance à ajourner, à remettre systématiquement au lendemain. Issu du latin pro, signifiant « en avant », et crastinus, signifiant « du lendemain », ce terme évoque l’idée de reporter les actions à plus tard.

Ce n’est pas simplement un retard occasionnel dans l’accomplissement des tâches ; c’est un schéma comportemental complexe qui peut avoir des ramifications profondes dans tous les aspects de la vie. Elle se caractérise par le report systématique et volontaire des tâches, souvent au profit d’activités plus agréables ou moins stressantes. Cela rappelle la loi de Laborit, soulignant la propension à prioriser les activités plaisantes plutôt que les tâches plus ardues ou importantes.

Un peu de philosophie…

Je te présente ma vision de la procrastination, en toute transparence : je ne suis ni psychologue ni médecin. Cependant, bon nombre de mes clientes se retrouvent dans ce profil qui leur joue souvent des tours, d’où leur recours à mes services. Ensemble, nous explorons comment transformer cet état pour progresser sereinement vers leurs objectifs. Ainsi, je partage ici mon expérience et ma compréhension du phénomène, offrant peut-être un éclairage différent sur le sujet.

Dans la procrastination, ce que nous repoussons à plus tard, c’est le passage à l’action ! Mais qu’est-ce que l’action ? Selon le Larousse, l’action est définie comme le fait ou la faculté d’agir, de manifester sa volonté en accomplissant quelque chose. C’est également la manifestation concrète de l’activité de quelqu’un, ou encore l’effet produit sur quelqu’un ou quelque chose par une personne. Passer à l’action, c’est ainsi commencer à agir, à passer à l’offensive après une période d’attente ou de préparation.

En somme, le passage à l’action traduit un désir, une impulsion à créer quelque chose, à manifester une volonté de réaliser un rêve. C’est aussi l’acte de décider, de se mettre en mouvement plutôt que de stagner. Mais alors, qu’est-ce qui bloque ce passage à l’action ?

Pourquoi on procrastine ? Quel est le processus ?

Explorons à présent les raisons pour lesquelles nous procrastinons et le fonctionnement de ce processus. Laissez-moi vous présenter mon cycle de la procrastination, car oui, chacun de nous est influencé par des facteurs différents en fonction de notre vécu. Cette diversité rend la procrastination d’autant plus difficile à surmonter. Pour mieux saisir ce phénomène, comparons-le au cycle que j’appelle « naturel ».

Le cycle naturel des choses se déroule comme suit :

  1. Pensées : idées de faire ou de créer quelque chose, une inspiration à agir.
  2. Sentiment : de joie, d’euphorie, d’enthousiasme à commencer.
  3. Action : mise en œuvre dans un élan créatif positif, avec un processus clair et une feuille de route naturelle, accompagnée d’une clarté d’esprit.
  4. Résultat : création ou réalisation de quelque chose de tangible, partageable, et échangeable.
  5. Sentiment : positif de joie, de fierté, de satisfaction.

Cependant, dans le cycle de la procrastination, ce processus est altéré.

Mon cycle de procrastination se déroule en parallèle du cycle naturel :

  1. Pensées : limitantes et jugements tels que « tu ne vas pas y arriver », « tu es trop nulle », « c’est trop ambitieux pour toi », « tu n’es pas capable », etc.
  2. Sentiment : frustration, peur de l’échec, manque de confiance, jugement négatif, comparaison, forte pression.
  3. Action : boulimie d’information pour compenser, hyperactivité et perfectionnisme pour prouver que je peux réussir quelque chose, manque de clarté mentale, dispersion.
  4. Résultat : médiocre, en deçà des attentes, épuisement, perte de temps, désorganisation.
  5. Sentiment : négatif, dévalorisation, manque de confiance en soi, stress, baisse de l’estime de soi.

Et ainsi, le cycle se répète jusqu’à un épuisement total de la motivation, où les pensées et les sentiments négatifs prennent le dessus. Arrivé à ce stade, l’inaction totale s’installe. Cette dynamique peut commencer dans un domaine de vie pour ensuite contaminer progressivement d’autres sphères. Si cela est occasionnel, des remédiations peuvent être apportées rapidement, mais lorsque cela devient pathologique, cela devient véritablement problématique au quotidien.

Plus on reste englué dans le cycle de la procrastination, plus on perd de vue le sens des choses, nos priorités, nos aspirations, et les raisons pour lesquelles nous agissons. Tout devient progressivement fade et dépourvu de saveur (tout devient insipide et ce n’est pas faux !;) ). On finit par lâcher prise sur la vie et nos responsabilités. C’est dans cet état que bien souvent mes clientes viennent me voir complétement désorganisées, sans motivation, souvent accompagnées de pathologies telles que la dépression ou le burn-out.

En d’autres termes, la personne qui procrastine est à la recherche de vérité, d’équilibre, d’un chemin à suivre. À ce stade, il est crucial de retrouver le plaisir, la passion dans les choses de la vie, et cela passe par l’introspection. Pose-toi des questions sur ce qui t’anime, quelles sont tes aspirations, tes rêves ?

Ici, je t’ai partagé mon propre cycle de la procrastination, il te parle peut être. L’objectif est de te donner une piste de réflexion pour déterminer ton propre cycle et pouvoir y faire quelque chose.

L'introspection est toujours une démarche sûre

Passons en revue 3 signaux de procrastination

Passons en revue trois signaux de procrastination et identifions ensemble comment ces symptômes impactent notre quotidien :

  1. Hésitation constante : Tu connais ce sentiment lorsque tu passes des heures à te demander par où commencer ou quelles décisions prendre ? C’est un signe classique de procrastination. On se sent un peu perdu, comme si on avait trop d’options et qu’on ne savait pas laquelle choisir. Résultat ? On remet à plus tard en se disant qu’on prendra une décision plus tard, quand on se sentira « prêt ». Mais devine quoi ? Ce moment ne vient jamais !
  2. Manque de clarté : Ah, cette fameuse sensation de flou total ! Parfois, on sait qu’on a des choses à faire, mais on ne sait pas vraiment par où commencer ou quel est le plan d’action. Tout semble un peu confus dans notre tête, et c’est une excuse parfaite pour procrastiner. Après tout, pourquoi se lancer dans quelque chose si on n’est pas sûr de savoir comment le faire, n’est-ce pas ?
  3. Manque d’alignement avec les tâches à accomplir : C’est là que ça devient intéressant. Quand les tâches à faire ne correspondent pas vraiment à ce qui nous motive ou à nos valeurs, il est difficile de trouver la motivation pour s’y mettre. On a l’impression de perdre notre temps sur des choses qui ne nous passionnent pas vraiment. Du coup, on procrastine en espérant que ces tâches disparaissent miraculeusement de notre liste de choses à faire.

Reconnaître ces symptômes est déjà un premier pas vers une renaissance. Mais c’est bien beau de les reconnaître, mais comment les surmonter ?

3 Stratégies pour vaincre la procrastination

Voici 3 stratégies pour vaincre la procrastination :

  1. Se poser les bonnes questions :
    • Comment te sens-tu lorsque tu procrastines ? Insatisfaite ? Coupable ? Honteuse ?
    • Demande-toi ce qu’il se passe si tu ne fais pas cette tâche ?
    • Ou à l’inverse, quelles sont les conséquences positives lorsque ces tâches et ces changements sont menés à bien ? Donne des exemples factuels.
    • Il est donc important de réfléchir à ce que l’on peut « gagner » à ne pas faire ou à reporter.
    • Qu’est-ce que tu veux exprimer en accomplissant cette tâche ?
  2. Qualifier ses tâches :
    • Fais la liste de toutes les choses que tu dois faire.
    • Qualifie chacune des tâches comme ennuyeuse, frustrante, difficile, ambiguë, structurée, peu valorisante, peu motivante ou manquant de sens. Selon le psychologue Timothy A. Pychyl, une tâche est procrastinée quand un jugement négatif survient.
    • Ensuite, une fois qualifiée, vois ce que tu peux faire (déléguer, changer, demander de l’aide, etc.) pour rendre la tâche plus claire et motivante.
  3. Observer ses pensées et ses paroles pour changer son état d’esprit :
    • Par exemple, au lieu de dire « il faut que je le fasse », dis « je le fais quand ».
    • Si tu penses que tu es nulle, pense que tu es extraordinaire et j’ai confiance en moi. Même sans y croire, cela est déjà un grand pas en avant.
    • Établis une liste des excuses que tu utilises habituellement, comme « je n’ai le temps, je le ferais plus tard, etc. », et cherche des solutions pour les surmonter.

Ce qui donne confiance, c’est de passer à l’acte.

Conclusion

En conclusion, conquérir la procrastination n’est pas seulement une question de productivité, mais surtout de bien-être et d’épanouissement personnel. Nous avons introduit les mécanismes de la procrastination, comprenant ses origines, ses conséquences et les signaux qui la caractérisent.

En se questionnant sur nos motivations, les conséquences de nos inactions, en qualifiant nos tâches pour mieux comprendre les résistances et rendre le passage à l’action plus motivant, et en observant nos pensées pour changer notre perception, nous pouvons transformer notre relation à la procrastination. Chaque petit pas vers l’action est un pas vers la confiance en soi et vers une vie plus épanouissante. La clé ici est bien un changement de mindset. Les méthodes d’organisation et de productivité ne peuvent être efficaces que si elles sont accompagnées d’une transformation interne. C’est là que réside la véritable solution, loin de l’effet rebond auquel nous sommes souvent confrontés.

Je t’invite à partager tes propres expériences de lutte contre la procrastination dans les commentaires ci-dessous. Quelles stratégies as- tu trouvé les plus efficaces ? Quels défis as-tu rencontré en cours de route ? En partageant tes histoires, tu peux inspirer et encourager d’autres personnes à surmonter la procrastination dans leur vie quotidienne. Et pour aller plus loin dans ta réflexion, je te conseille cet article de Welcom to the jungle.

👍 Les liens vers d’autres épisodes pour aller plus loin :

📲Suis-moi sur les réseaux :🤸‍♂️ Où retrouver Christelle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut

Toi aussi tu souhaites devenir une femme organisée, confiante et sereine...

Rejoins la communauté des farpaites et reçois chaque semaine mes meilleures stratégies en organisation et productivité. Uniquement des techniques que j’ai testé moi-même et validé. Et promis pas de spam, j’ai moi-même horreur de ça.

Joins le club des farpaites organisées

Chaque semaine, respire ta dose d’organisation pour booster ta confiance et cultiver la sérénité (stratégies, astuces, anecdotes, découvertes, actualités, et pleins de surprises).