Les 12 lois de la productivité
partie 1/2

En résumé...

Gérer au mieux son temps. Être la plus efficace possible pour atteindre ses objectifs. Et donc être au final beaucoup plus productive. Cela tombe bien : 12 lois de la productivité ont été identifiées comme étant des sources inspirantes pour accroitre son efficacité. Dans cette première partie, nous partons à la découverte des 6 premières lois de la productivité, comme autant de magnifiques sources d’inspiration pour notre quotidien de travail. C’est parti !

1.Loi de la productivité n° 1, la Loi de Karlsson

Un travail réalisé en continu prend moins de temps et d’énergie quand il est réalisé en plusieurs fois.​

Pour optimiser son temps de travail, rester concentré sur une même tâche, sans interruption, peut être extrêmement profitable. Christelle recommande d’utiliser la méthode du « blocktiming », ou du « batching » pour planifier son travail sur des séquences en continu. La science évoque que « 90 minutes » est une fenêtre de travail très intéressante pour optimiser sa productivité ! Après un créneau de travail de 90 minutes, il est conseillé de faire une pause. Ça tombe bien : c’est l’objet de la loi de la productivité n°2 !

Loi de la productivité n°2, la loi d’Illich

Après un certain temps la productivité décroit. Ainsi, il est recommandé de faire des pauses régulières et de commencer sa journée de travail par la tâche la plus ardue.

La loi n°2 nous conseille de faire une pause de minimum 10 minutes, après une session de travail de 90 minutes. Sylvain fait d’ailleurs le lien : il adore partir marcher environ 30 minutes, après une session de 90 minutes intense. Il trouve que cela lui permet de libérer toute l’énergie accumulée par une extrême concentration et de retrouver une nouvelle fraicheur, un côté beaucoup plus détendu.
Christelle nous partage également la méthode pomodoro (« tomate » en italien). Cette méthode invite à faire des pauses régulières quand on est sur un travail très intense. Des pauses de 5 minutes, après un travail de 25 minutes à fond ! Il est intéressant d’adapter la fréquence des pauses en fonction de notre activité, et de son intensité.

Loi n°3 : La loi de Hofstadter, la loi de glissement de planning

Prévoir toujours un peu plus de temps que prévu.

La loi de la productivité n°3 consiste à garder en tête qu’il y a toujours de l’imprévu. Que des événements inattendus ne cessent de se produire et pourraient donc perturber la livraison de notre travail à temps.

Pour un travail d’a priori 1 heure, il pourrait ainsi s’avérer judicieux de se prendre un peu de marge, et de se réserver un créneau d’1 heure et 30 minutes pour réaliser cette tâche.

Un autre outil peut consister à planifier dans son agenda des blocs de temps réservés à la gestion des imprévus. Et si jamais il n’y a pas d’imprévu la semaine en question, Christelle nous conseille d’utiliser ce bloc « imprévu » pour prendre soin de nous et nous octroyer un moment qui nous fait du bien.

Pour les taches régulières, se chronométrer peut être aussi une méthodologie très intéressante. Cela peut nous permettre d’identifier plus précisément le temps que nous prendra de réaliser telle tâches. Et d’ainsi bloquer le temps nécessaire pour arriver au résultat attendu.

Loi n°4, la loi de Parkinson

Le travail s’étale de façon à occuper tout le temps disponible pour son achèvement.

En gros, si on a 3 semaines pour faire une mission, on va étaler notre travail sur 3 semaines, même si cette tache peut nous prendre uniquement quelques jours. Peu importe le temps qu’on aura, on aura tendance à prendre tout le temps à notre disposition.

Ainsi, pour rester dans les délais, et faire face aux imprévus, cette loi peut nous donner envie d’avancer dans nos agendas la date à laquelle on doit terminer notre travail. De cette manière, même si on si prend finalement au dernier moment, on sera encore parfaitement dans les délais pour remplir au mieux notre mission.

L’idée ici est de planifier des dates limites de réalisation régulièrement pour faire le point mais aussi pour créer un sentiment d’urgence.

Loi de la productivité n°5, la loi de Douglas

 Plus on a de place dans son bureau, plus on étale ses affaires.

L’astuce est de toujours garder un bureau rangé. Un bureau en désordre nous rend moins productif : il nous distrait. Pour que ce rangement devienne une habitude, vous pouvez vous fixer comme nouvelle routine du soir, de mettre de l’ordre dans votre bureau avant le quitter. Astuce possible : réduire le nombre de ses impressions papier, pour avoir moins de choses à trier. Et mettre en place la méthode : trier, ranger, maintenir son bureau propre sur la durée (la méthode japonaise des 5 S, pour les plus curieux d’entre vous qui ont envie d’approfondir le sujet !).

Loi n°6 : la Loi Swoboda-Fliess-Teltscher

 Il existe chez les êtres humains des rythmes biologiques qui jouent sur notre productivité.

Nous sommes influencés par les saisons, la météo. Il est important de connaitre son rythme personnel. Et pour ça, vous pouvez vous nourrir de notre article sur la chronobiologie.

Vous pouvez également réserver votre appel découverte offert avec Christelle pour faire le point sur vos routines.

A très bientôt pour la suite des 12 lois de la productivité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut

Toi aussi tu souhaites devenir une femme organisée, confiante et sereine...

Rejoins la communauté des farpaites et reçois chaque semaine mes meilleures stratégies en organisation et productivité. Uniquement des techniques que j’ai testé moi-même et validé. Et promis pas de spam, j’ai moi-même horreur de ça.

Joins le club des farpaites organisées

Chaque semaine, respire ta dose d’organisation pour booster ta confiance et cultiver la sérénité (stratégies, astuces, anecdotes, découvertes, actualités, et pleins de surprises).