S'aimer soi-même
interview d'élise vitard

En résumé...

Rencontrer Élise Vitard, c’est se plonger au cœur de nos passions personnelles. C’est se reconnecter à toute notre énergie de plaisir. De vie. C’est goûter à la joie de diffuser de l’amour et de la beauté tout autour de soi. Un amour des gens qui magnifiquement nous inspirent. Un amour des amis qui certains jours, avec générosité, nous soutiennent. Et un amour de soi-même, en premier lieu, pour faire de la vie, une fantastique odyssée à vivre, et à traverser. Bienvenue dans le monde généreux, créatif, de la fabuleuse Élise Vitard !

1. Élise : son portrait chinois

Élise Vitard coach de vie s'aimer soi-même
  • Si elle était un dessin animé, elle serait « Joyce & les conquérants de la lumière »
  • Si elle était un sport,elle serait « la danse » qu’elle pratique tous les jours.
  • Si elle était un livre, malgré le choix difficile, elle serait « Antigone » d’Anouilh.
  • Si elle était une pièce de la maison, elle serait « la cuisine », elle qui adore se mijoter de bons p’tits plats !
  • Si elle était un élément,elle hésite entre le feu et l’eau, et elle dirait tout de même « l’eau ».
  • Si elle était un animal,  elle serait « un chat ».
  • Et si elle était un paysage, elle serait une vue sur la mer.

2. Élise et son métier passion : s'aimer soi-même

Depuis 5 ans, Élise est coach de vie. Son thème central est l’amour. L’amour de soi, en premier lieu, comme elle l’aborde dans son roman « Graines d’amour ». L’amour des autres, également : de sa famille, de ses amis, de la personne avec qui on partage sa vie. D’ailleurs, Élise propose des thérapies de couple, pour les personnes qui souhaitent approfondir subtilement ce sujet.  

En parallèle de ses coachings, Élise écrit des livres, des romans. En ce moment, elle termine même l’écriture d’une pièce de théâtre !

3. La motivation d’Élise : le plaisir !

Si Élise fait tout ça, c’est pour le plaisir. Le plaisir est le moteur de son existence. Si elle peut alléger la vie d’une personne, via ses œuvres ou ses accompagnement, Élise est comblée. Tout simplement ravie !

Sa contribution à ce monde passe par l’amour et la joie de raconter des histoires aux autres. Elle le sait. Elle le sent. Elle en est intimement convaincue.

4. La phrase clef d’Élise

« Élève ton cœur et n’abaisse pas ta pensée ».

Élise adore cette phrase exigeante, signée Samuel Benchetrit, qui l’incite à vivre avec ouverture et élégance. Pour ne pas oublier cette citation, issue de la pièce de théâtre « Maman », Élise se l’est même fait tatouer. Elle a décidément l’art et la beauté dans la peau !

5. Les événements charnières dans la vie d’Élise

Elise a connu plusieurs événements très marquants, au cours de sa vie. 

Le premier a lieu à 8 ans. Ses parents divorcent, et voilà que de retour de l’école, son père n’est plus là et a laissé le soin à une lettre de parler pour lui. 

A 14 ans, Elise quitte sa mère et son beau-père. Elle part de Normandie, pour découvrir l’Ile-de-France. 

Ensuite, elle vivra dix ans avec le père de son fils, jusqu’à partir avec son fiston. 

Quelque temps plus tard, elle rencontre celui qui deviendra son mari. Son père meurt quelques semaines après le mariage. 

Finalement, après plusieurs années de vie commune, elle divorce de son mari. Une fin d’histoire catastrophique et usante, nous raconte-t-elle. Aujourd’hui, elle est fière d’avoir su rebondir à chaque fois. Elle sait que tout est possible, « mais uniquement si on a une bonne équipe derrière soi », précise-t-elle. De l’importance d’avoir des gens qui croient sincèrement en nous ! 

De toutes ces aventures, Élise en a fait des livres. Si ça parle déjà à une personne, ça la comble profondément. Elle-même a souvent puisé dans des livres la force et l’énergie d’avancer. Les livres peuvent avoir énormément d’influence sur nous, quand le propos résonne avec ce que nous vivons actuellement, ou ce que nous avons pu vivre autre fois, dans le passé.

6. Terminer un projet : la recette d’Élise

Pour terminer un projet, Élise, en bonne coach professionnel, nous recommande de procéder par étapes.

  • Étape 1 : Se demander : « Suis-je vraiment amoureuse de mon projet ? » « Est-ce que ce projet me passionne ? »
  • Étape 2 : Je décortique les différentes étapes nécessaires pour créer mon projet. Exemple : je souhaite écrire une pièce de théâtre qui sera jouée au moins une fois. Je commence par écrire la pièce. Le scénario. Ensuite, je peaufine les dialogues, la mise en scène. Je réalise, petit à petit, ces différentes étapes en fonction de ce qui me passionne. Je les valide totalement, pour bien avoir la sensation de cranter, d’avancer.
  • Étape 3 : Si j’ai besoin d’appui extérieur, je sollicite les gens de manière très simple, chaleureuse, synthétique et direct. Par exemple, après avoir écrit ma pièce, je contacte les producteurs et les réalisateurs qui me plaisent. Je leur écris « Avez-vous envie de lire ma pièce ? » « Peut-on se rencontrer ? » 

Si jamais Élise a des doutes, elle les prend juste comme des indicateurs que le résultat n’est pas encore à la hauteur de ses espérances. Ça l’incite à creuser plus. A peaufiner son travail. D’autant plus qu’Élise sait s’entourer d’un petit cercle d’amis, très bienveillants et très exigeants. Elle adore bénéficier de leur regard précieux. Le fait de s’engager auprès d’eux, l’incite systématiquement à aller au bout de ses projets. Connaître ces gens est un réel avantage pour elle. Elle parle d’alchimie relationnelle, avec ces personnes qui possèdent des compétences qu’elle n’a pas, qui la connaissent par cœur, et savent lui dire les choses toujours avec beaucoup d’amour.   

7. La collaboration quand le feeling est moins là

Élise se voit toujours comme étant totalement au service de son projet. Résultat, si elle est en contact avec une personne qui a une compétence nécessaire pour le projet, elle va faire avec. Elle va s’adapter, même si le feeling ne passe pas. Le plus important, pour elle, c’est le projet. Elle compare ça à une fête de Noël, où le plus important est de s’amuser, de passer un bon moment, même si l’on ne choisit pas forcément toutes les personnes présentes autour de la table. 

8. J’ai une forte intuition. Comment la structurer ?

Pour Élise, une intuition est de l’ordre du ressenti. Ensuite, si l’on veut en faire un projet, il est important de passer à l’action. Exemple, je sens que je veux quitter mon travail. Désormais, comment je vais m’y prendre ? Quand est-ce que ça sera le bon moment pour en parler ? Quand solliciter un entretien ? Etc… L’intuition nous vient du cœur. Ensuite le cerveau va nous aider à mettre en place un plan, au service des aspirations de notre cœur. Et au fur et à mesure qu’on avance, qu’on valide des étapes : ça nous permet de mettre des pièces dans le tronc de notre confiance. Et notre tronc de confiance grossit. Et nous donne ainsi toujours plus d’assurance pour tous nos projets à venir. 

9. Outils d’autocoaching pour booster son amour de soi

Pour accroître votre confiance, vous pouvez noter dans un cahier toutes vos victoires. Et vous allez voir, ça en fait des choses fantastiques à raconter !

Autre méthode, Élise nous conseille de nous lancer des défis, avec une belle récompense à la fin, pour nous inciter à nous lancer. « Si j’arrive à faire ça, juste après je m’offre une glace ». Ce renforcement positif peut nous inciter à réaliser des choses qui nous rendent vraiment très fiers de nous. 

10.Indicateur qu’un projet est bien lancé

Pour Élise, le critère qui permet de constater le bon développement d’un projet est la fluidité. Quand tout se passe bien, que tu fais les bonnes rencontres, que les gens te donnent les conseils dont tu avais particulièrement besoin : toutes ces synchronicités sont la preuve que ton projet est vraiment sur la bonne voie. 

11. Zoom sur un des romans d’Élise : Graines d’amour

Graines d’amour, c’est d’abord un rêve. Un rêve qu’a fait Élise lors du confinement (cf. chapitre 14 du livre) et qui lui a donné l’envie d’écrire le livre tout autour. Un livre autour du couple, de la passion, des écueils amoureux. Comme Élise vivait des moments compliqués à cette époque, elle s’est dit, écrire ce livre va déjà me permettre de travailler sur moi et de comprendre énormément de choses sur le sujet de l’amour. 

Ainsi est né « Graines d’amour » ! Un livre qui parle de comment mieux s’aimer soi, pour mieux aimer l’autre. L’autre n’est pas notre infirmer, notre psy. Ce livre, c’est l’histoire de gens qui ont des casseroles personnelles. Et qui dès la première anicroche, vont être confrontés à tous leurs tourments du passé. Ils vont d’abord projeter leurs problèmes sur l’autre. Avant d’essayer de trouver des solutions. Comment vont-ils faire et vont-ils y arriver ? Là, il faut lire le livre ! 😊.

12. Comment vaincre ses complexes ?

Ce sujet est toujours en cours de progression chez Élise. En ce sens, elle apprécie beaucoup le triptyque « amour de soi / image de soi / confiance en soi » qu’elle a découvert avec Arnaud Riou. Ces trois éléments sont liés : si on en bouge un, la bonne nouvelle : les deux autres bougent en même temps !

Les complexes sont des sujets complexes comme leur nom l’indique. Ils sont souvent liés, nous dit Élise, à une histoire familiale, voire même transgénérationnelle. Ils peuvent être provoqués aussi par des humiliations, des blessures, des moqueries : si l’autre est un soutien, il peut également, dans certaines situations, ajouter du sel là où ça fait déjà très mal.

Pour vaincre ses complexes, Élise nous invite à comprendre vraiment l’origine de ses complexes. Par exemple, Élise n’aimait pas ses hanches, car elle a le même corps que sa mère et elle rejetait tout ce qui venait d’elle. En faisant la paix avec cette histoire familiale, elle a enfin pu apaiser l’image qu’elle avait d’elle et passer à autre chose. 

Ensuite, une fois qu’on a compris l’origine du complexe, il peut être intéressant de recourir à la photothérapie, l’art-thérapie. Certains voudront peut-être même recourir à des moyens plus matériels (le sport, la chirurgie).

Dans tous les cas, nous dit Élise, il est important de faire la paix avec l’origine de ses complexes. Sinon, on risque de demeurer continuellement insatisfaite de son image, avec toutes les conséquences associées.

13. Comment Élise fait pour écrire ses livres ?

Elle écrit quand elle veut. En général, elle s’engage auprès de quelqu’un à terminer son livre à une date précise. Et après, elle fait en fonction de son humeur et de son énergie. Dès qu’une idée lui vient, elle la note immédiatement. Sinon, à part son engagement ferme en termes de date, elle reste très souple dans sa manière de faire et d’écrire.

14. Conseils d’Élise pour écrire un livre

Si on a du mal à se lancer, Élise nous invite à nous demander : « Pourquoi, on n’ose pas nous lancer ? ». Et pourquoi on veut faire ce livre ? De quoi va-t-on parler ? Pourquoi ? Pour qui ? Quel est le contexte ? »

Si vous faites des fautes d’orthographe, ce n’est pas grave. L’important est de raconter quelque chose.  

D’ailleurs pour dédramatiser l’écriture, Élise nous invite à remplacer le verbe « écrire » par le verbe « raconter ».  Et si la page blanche vous fait peur, passez par un journal vocal. Enregistrez-vous. Et après retranscrivez le contenu de votre audio. 

Et pour se lancer dans l’écriture, on peut se faire accompagner aussi. Il existe des personnes spécialisées dans l’accompagnement à l’écriture. Ces experts vous donnent confiance, vous aident à structurer votre propos. De suite : vous ne vous sentez pas toute seule, et ça, ça fait du bien ! 

Et si vous êtes seule, pourquoi ne pas s’acheter un journal avec du beau papier et un beau stylo : pour se motiver dans la beauté !

15. Elise et son organisation

Élise a son métier de cœur et un métier alimentaire. Donc forcément, cela influence son organisation au quotidien.

Les jours où elle fait son métier de cœur, Élise ne reçoit pas plus de 3 personnes par jour (sinon elle serait moins dans la qualité !). 

En termes d’activité, elle fait du sport tous les jours (1 heure de marche, ou de la danse).
Elle s’évade en faisant de la cuisine. Ça l’aide à se détendre, à se ressourcer). Si elle n’a pas ce moment de décontraction, rien de qualitatif ne pourrait sortir le reste du temps. 

Élise aime beaucoup sortir également. Chaque semaine, elle boit un verre avec quelqu’un qu’elle aime particulièrement. Bref, Élise c’est un entremêlement continu de travail et de fun. « Le fun n’empêche pas le fond » comme elle aime à le répéter avec gourmandise.

16. Son rituel équilibre et amour de soi

Élise aime commencer ses journées par des étirements de danse. Elle a besoin de sentir qu’elle a un corps qui fonctionne. Elle le fait pendant 30 minutes sur des musiques qui lui font du bien. 

17. La prochaine étape pour Élise

Élise souhaite que sa pièce soit jouée prochainement ! Et après une année remuante, elle a surtout besoin de reprendre confiance sur d’autres terrains, comme celui de l’amour. Elle souhaite surtout faire ce qu’elle veut, quand elle veut !

Conclusion

Merci beaucoup Élise pour ce voyage au pays de l’amour, en ta compagnie ! Vous pouvez retrouver Elise, en tapant Elise Vitard sur les moteurs de recherche ! Et également sur les réseaux sociaux (facebook, instagram ou encore linkedin). Son entreprise s’appelle « Ozsmose ».

Merci Élise !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut

Toi aussi tu souhaites devenir une femme organisée, confiante et sereine...

Rejoins la communauté des farpaites et reçois chaque semaine mes meilleures stratégies en organisation et productivité. Uniquement des techniques que j’ai testé moi-même et validé. Et promis pas de spam, j’ai moi-même horreur de ça.

Joins le club des farpaites organisées

Chaque semaine, respire ta dose d’organisation pour booster ta confiance et cultiver la sérénité (stratégies, astuces, anecdotes, découvertes, actualités, et pleins de surprises).